Frédéric Sanaur « Notre modèle sportif évolue et les conférences régionales du sport permettront de travailler sur cette articulation et en amplifier l’impact »

Publié le 19 janvier 2021 à 18h41 dans Gouvernance du sport

3 mois jour pour jour après la publication du décret relatif aux conférences régionales du sport et aux conférences des financeurs du sport, la Région Centre Val de Loire lance ce mercredi  le cycle d’installation de ces conférences, en présence de la ministre Roxana Maracineanu et de Frédéric Sanaur, DG de l’Agence nationale du sport. Ce dernier a bien voulu répondre à nos questions.

Frédéric, pouvez-vous nous indiquer le rôle et le fonctionnement de ces nouvelles instances régionales que vous installez dès demain, avec la ministre ?

Effectivement, on est très heureux de pouvoir être aux côtés des acteurs du sport du Centre Val de Loire ce mercredi pour l’installation de la première conférence régionale du sport. La gouvernance partagée que nous avons initiée avec la création de l’Agence nationale du Sport se déploie dans nos territoires et c’est une très bonne nouvelle.

La ministre sera présente pour cette première et nous poursuivrons jusqu’au mois de mars prochain avec l’installation d’une dizaine de conférences dans la plupart de nos régions (Pays de la Loire le 27/01, AuRA le 04/02, HdF le 15/03…).

Ces instances – composées de 35 à 70 membres selon les territoires – auront pour objectif de poser un diagnostic sportif territorial prenant des données sportives, démographiques, économiques, … ce diagnostic sera partagé et validé par les membres de la conférence régionale du sport.

A partir de ce diagnostic, chaque conférence devra réaliser un projet sportif territorial (PST) sur 5 ans, couvrant 8 thématiques parmi lesquelles : les équipements sportifs, le sport de haut niveau, le développement du sport pour toutes et tous, le sport professionnel, la réduction des inégalités, le développement du parasport, l’engagement bénévole ou encore la lutte contre les discriminations et les violences dans le sport.

Chaque conférence devra nommer une présidente ou un président, établir son règlement intérieur pour organiser son fonctionnement et installer des conférences des financeurs, qui auront pour principale mission de concourir à la mise en œuvre du projet sportif territorial.  

Comment cela va t’il s’articuler avec les projets sportifs fédéraux (PSF) que les fédérations sportives ont toutes élaborées l’an passé ? 

Nous avons tenu à ce que l’ensemble des projets sportifs fédéraux soient disponibles sur le site de l’Agence afin que les acteurs territoriaux du sport puissent en prendre connaissance.

Les orientations portées par les fédérations dans le cadre des PSF pourront être intégrées dans le cadre des projets sportifs territoriaux. Chaque ligue régionale pourra faire valoir les orientations de développement de leur discipline et se projeter sur leur déploiement en fonction des réalités sportives et des spécificités de chaque territoire.

Les conférences régionales du sport pourront s’organiser pour appréhender précisément les actions portées dans le cadre des PSF et les intégrer aux politiques sportives territoriales portées notamment par les collectivités.

Et concrètement, l’ensemble des dispositifs portés par l’Agence et renforcés dans le cadre du Plan de relance Sport – soutien à l’emploi, financement des équipements sportifs, soutien aux actions des clubs, détection et accompagnement des sportifs de haut niveau, … – seront actionnés pour mettre en œuvre cette double ambition d’un développement sportif territorial et fédéral.   

Notre modèle sportif évolue et les conférences permettront de travailler sur cette articulation et en amplifier l’impact. Des actions nouvelles comme le Pass Sport viendront également enrichir cette approche croisée.

Comment ceci s’inscrit-il dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) de Paris en 2024 ?

Les conférences régionales du sport permettront d’échanger sur l’ensemble des actions relatives au plan de relance Sport ( + 135 M€ sur deux ans) ainsi qu’à l’héritage des JOP de Paris 2024. 

A ce titre, des référents Paris 2024 ont été désignés dans chaque territoire, en lien avec le Comité d’organisation des JOP de Paris 2024 (COJO), l’Agence et les délégations régionales académiques à la jeunesse, à l’engagement et au sport pour partager sur les attentes des territoires et promouvoir les actions d’héritage et d’engagement des territoires portées par le COJO comme Terre de Jeux 2024, les Centres de préparation aux Jeux, ou encore le Club 2024.

Projetons nous dans 2 ans. Nous sommes le 19 janvier 2023, les conférences régionales sont désormais un acteur bien installé dans le paysage sportif local. Quels éléments, quels indicateurs, quels exemples vous permettraient de constater la réussite de cette nouvelle gouvernance ? 

Les acteurs du sport français ont plus que jamais besoin d’avancer unis pour pouvoir se développer. L’objectif affiché par le Gouvernement est de développer le sport dans notre pays en augmentant le nombre de pratiquants sportifs de +3M de personnes et d’accompagner les acteurs de la haute performance à gagner le maximum de médailles aux JOP de 2024.

Avoir une vision exhaustive de l’état de la pratique sportive en France est un premier axe essentiel pour définir une stratégie adaptée à chaque territoire.

D’un point de vue plus concret, rehausser le taux de pratique sportive sur l’ensemble de nos territoires en accompagnant spécifiquement les territoires prioritaires QPV / ZRR qui accusent un plus grand retard, augmenter la pratique sportive féminine et favoriser sa médiatisation, diversifier l’offre de pratiques de nos associations pour toucher un plus large public (séniors, salariés des entreprises, personnes en situation de handicap, …), rajeunir et rendre plus écologique notre patrimoine d’équipements sportifs, préparer les générations 2024, 2026, 2028…, structurer et professionnaliser notre tissu associatif en créant des emplois sportifs durables, diversifier les ressources financières de nos clubs en développant le mécénat au niveau territorial, accompagner les associations à mettre les outils digitaux et numériques au service de leurs adhérents… sont autant de challenges qui nécessiteront l’implication continue de l’ensemble des acteurs du sport (mouvement sportif, collectivités, monde économique et social et services de l’Etat) présent au sein des conférences régionales du sport.

Les acteurs qui composeront ces conférences pourront croiser leurs actions, leurs politiques sportives, leurs moyens pour définir un projet commun et des objectifs précis à atteindre. En 2023, nous pourrons commencer à en mesurer les premiers effets.

L’Agence, quant à elle, appuiera son action et les moyens dont elle dispose, en cohérence et en complémentarité avec les attentes des territoires et leurs aspirations sportives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *