Thomas Bach réélu à la présidence du CIO pour un second mandat

Publié le 10 mars 2021 à 17h26 dans Non classé

Thomas Bach a été réélu pour un nouveau mandat de quatre ans en tant que président du Comité International Olympique (CIO). Lors de la 137e Session du CIO organisée à distance ce jour, l’Allemand de 67 ans a obtenu 93 « oui » et 1 « non » sur les 94 votes valables.

IOC MEDIA

Thomas Bach, qui avait remporté l’or au fleuret par équipes aux Jeux Olympiques de Montréal 1976, avait été élu président du CIO pour un premier mandat de huit ans lors de la Session organisée en 2013 à Buenos Aires. Ce mandat prendra fin le jour de la clôture des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 le 8 août prochain, comme décidé par la commission exécutive du CIO. Le second mandat de Thomas Bach à la présidence du CIO commencera immédiatement après et s’achèvera en 2025. 

Ainsi que l’a déclaré Thomas Bach à l’issue de l’élection : « Je vous remercie du fond du cœur pour ce plébiscite et ce remarquable témoignage de confiance. Pour moi, ce vote est d’autant plus significatif que les nombreuses réformes et décisions difficiles que nous avons dû prendre nous ont tous affectés. Cela me touche profondément et me remplit d’humilité. Lorsque vous m’avez élu pour la première fois comme président en 2013 à Buenos Aires, j’ai déclaré que je souhaitais diriger le CIO selon la devise de ma campagne « L’unité dans la diversité » et être un président pour vous tous et pour toutes nos parties prenantes. Cet engagement reste d’actualité pour mon second et dernier mandat. Ma porte, mes oreilles et mon cœur restent ouverts pour chacun d’entre vous. J’espère que je pourrai également compter sur votre dévouement, votre soutien et votre amitié au cours des quatre prochaines années. » 

Athlète, Thomas Bach a été un escrimeur de classe mondiale, remportant une médaille d’or olympique, mais aussi deux médailles d’or avec l’équipe allemande de fleuret aux Championnats du monde de Montréal en 1976 et de Buenos Aires en 1977. Il a été membre fondateur de la commission des athlètes du CIO en 1981, où il est resté jusqu’en 1988. En 1991, il est devenu membre du CIO et a siégé à sa commission exécutive de 1996 à 2013. Il a été vice-président du CIO de 2000 à 2004, de 2006 à 2010 et de 2010 jusqu’à son élection au poste de président en septembre 2013.

Pour consulter sa biographie complète, rendez-vous ici.

Au cours de son premier mandat en tant que président du CIO, Thomas Bach a lancé un vaste un train de réformes pour l’avenir du Mouvement olympique et du CIO, l’Agenda olympique 2020, lequel a été adopté lors de la Session du CIO à Monaco en 2014. Juste avant son élection aujourd’hui, la Session du CIO a approuvé à l’unanimité le rapport de clôture de l’Agenda olympique 2020. L’Agenda olympique 2020 a radicalement changé les Jeux Olympiques, le CIO et le Mouvement olympique. 

La commission exécutive du CIO a déjà proposé une nouvelle feuille de route stratégique qui succédera à l’Agenda olympique 2020 – baptisée Agenda olympique 2020+5 – laquelle sera discutée par la Session du CIO ce vendredi. Ce nouveau document renferme 15 recommandations inspirées par cinq tendances clés, conçues pour tirer parti des solides bases offertes par l’Agenda olympique 2020 en vue de faire avancer les réformes. 

Dans son discours de remerciement adressé aux membres du CIO, le président Thomas Bach a confié : « Vous me connaissez désormais suffisamment bien pour savoir que je me réjouis d’œuvrer sans relâche pour atteindre, avec votre concours, des objectifs ambitieux dans le monde de l’après-coronavirus également. Durant cette crise sanitaire, nous avons appris, par la force des choses, que nous ne pouvons être à la hauteur de notre devise olympique « Plus vite, plus haut, plus fort », sur les terrains de sport comme dans la vie, que si nous travaillons ensemble, tous solidaires les uns des autres. C’est pourquoi j’aimerais aujourd’hui ouvrir le débat – un débat avec vous et tous les membres de la communauté olympique qui le souhaitent – afin de savoir si nous ne devrions pas compléter cette devise par le mot « ensemble » précédé d’un tiret : « Plus vite, plus haut, plus fort – ensemble ». Ce pourrait être, de mon point de vue, un engagement fort pris en faveur de notre valeur intrinsèque qu’est la solidarité et une réponse appropriée et humble aux défis que ce nouveau monde nous lance. »

Au cours de sa présidence, Thomas Bach a reçu en octobre 2020 le prestigieux Prix de la paix de Séoul, un prix qui, selon ses propres mots, revient à l’ensemble du CIO et du Mouvement olympique. Sans le soutien de tant de personnes à travers le monde, ces réalisations en faveur de la paix par le sport n’auraient jamais pu être possibles, avait-il souligné à l’époque. En 2019, il avait reçu le Prix international de la paix Cem-Papandreou à Athènes. Pour rappel, ce prix est décerné aux personnes et aux groupes qui ont apporté « une contribution exceptionnelle à la paix ».

Le discours de remerciement du président du CIO est disponible ici dans son intégralité

Un commentaire

Francis Dreyfus

Il aurait été interessant de savoir s’il était seul candidat. Dans l’affirmative, comment explique-t-on l’absence d’adversaires pour diriger une telle organisation? Et cela en dehors de tout jugement sur la personne de monsieur Bach.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *