« Elles/Eux aussi font le sport français… » avec Maude Baudier, fondatrice et DG des Bornées 

Publié le 18 novembre 2020 à 11h50 dans Eux aussi font le sport français...

Elles/ils sont DG d’institution sportive, expert du sport business, startupeur, avocat, DG d’association d’élus locaux, lobbyiste, DTN, élu d’institutions sportives ou directeur des sports de collectivité territoriale, ils connaissent le sport français, ses enjeux, ses acteurs mais on les entend peu dans les médias. Olbia le blog a souhaité leur donner la parole afin d’en savoir plus sur leur parcours professionnel, leur vision du sport français, les enjeux de leur institution ou de leur entreprise. Nous poursuivons notre série « Elles/Eux aussi font le sport français… » avec Maude Baudier, fondatrice et DG des Bornées

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel jusqu’à la création des Bornées ?

J’ai un parcours assez atypique, j’ai commencé ma carrière en marketing dans des maisons de luxe. C’est grâce à cette expérience que j’ai découvert mon appétence pour le digital (trop peu présent à l’époque dans ces maisons) et ma conviction qu’un e-commerce était l’une des clefs de voute pour s’adresser à des consommateurs plus jeunes.
J’ai ensuite travaillé dans une conciergerie privée, en tant que business developer sur la partie B2B. Cette expérience m’a permis de me développer dans la négociation de contrats avec des interlocuteurs d’envergure et ainsi appréhender les enjeux des gros groupes de l’industrie française pour toute la partie servicielle.
Ma dernière expérience salariée était en tant que chasseuse de têtes spécialisée en digital au sein d’un cabinet. Ce poste me permettait de mettre à disposition l’ensemble de mes connaissances et compétences précédemment développées, le tout au service de mes clients.
C’est à la suite de cette expérience que j’ai décidé de lancer ma première entreprise : Print Your Race, puis une seconde : Les Bornées. Les deux étant toujours d’actualité, mais Les Bornées étant celle sur laquelle je consacre la quasi totalité de mon énergie.

Avant de nous parler des Bornées, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est Print your race ?

Print Your Race c’est une idée d’entreprise qui m’est venue juste après mon premier marathon, en 2017. Je cherchais une idée déco pour mon appartement qui représenterait mon marathon, sans accroche de médaille ou de dossard au mur.
J’ai sorti ma palette graphique et j’ai dessiné le parcours, j’ai fait une affiche et je l’ai encadrée. S’en est suivi des demandes de plusieurs personnes qui étaient prêtes à me le commander. Ca m’a mis la puce à l’oreille sur un marché qui n’était pas exploité et j’ai lancé l’entreprise.
Le concept consiste en la réalisation d’affiches de courses personnalisables afin d’immortaliser ses exploits sportifs, le tout sans compromis niveau décoration d’intérieur.

Concept sympa ! Où en est cette entreprise ? 

Elle existe toujours mais est en suspend pour l’année 2020. L’évènementiel sportif et les courses étant à l’arrêt il n’y a pas de possibilité réelle de développement en période de COVID. On a quelques commandes personnalisées pour des courses un peu plus « sauvages » organisées par des groupes, ou simplement d’anciennes courses dont les sportifs souhaitent immortaliser le souvenir. 

Venons-en aux Bornées. Qu’est-ce que c’est concrètement ?

Les Bornées c’est une entreprise qui porte les valeurs de mixité (et donc intrinsèquement de féminisation) dans le monde du sport, et plus particulièrement en cyclisme de route et triathlon. 
Initialement le projet était orienté autour d’une communauté sportive, locale qui s’entrainait ensemble (on parle de 2018). Sans jugement sur le genre et avec un gros focus sur les capacités de performances des femmes dans l’univers du cyclisme. Puis, au fur et à mesure, c’est devenu une communauté comprenant plusieurs niveaux, et implantée sur plusieurs villes. 
Notre focus était de finir l’étape du tour avec une majorité de femmes dans notre équipe (quand on sait qu’il n’y a que 6% de femmes au total sur l’épreuve). Nous avons fait pas mal d’écho au point d’intéresser Adidas et Station F.
C’est là où ça a pris un tournant, lorsque nous avons transformé ce projet en une véritable entreprise ! 

Les Bornées est donc désormais une entreprise. Quelle est son offre et en quoi se différencie-t-elle de la concurrence ?

Nous sommes au croisement entre plusieurs offres et format existants sur le marché, ce qui nous permet de répondre à de nombreux besoins clairement identifiés au sein de notre cible. 
Notre projet est mixte (60% de femmes et 40% d’hommes), ce qui le différencie de beaucoup de groupes, clubs et environnements déjà existants où la grande majorité voir totalité des membres sont masculins. 
Nous sommes à la fois positionnés sur le cyclisme et le triathlon, ce qui répond à une génération de sportives et sportifs qui ne sont pas mono-sport. Exit les habitudes des clubs fédéraux, nous sommes à l’intermédiaire des pratiques sportives de nos utilisateurs. 
Notre offre inclue plusieurs sujets afin de répondre aux attentes de nos utilisateurs dans leur quotidien, jusqu’à des projets plus exceptionnels : – Un club, via une inscription à un membership qui donne accès à des avantages divers (réductions, évènements …)- Des tenues de club, développées annuellement et adaptées aux morphologies- Une offre de séjour compétitifs et loisirs avec un format de service qui s’approche d’une formule All Inclusive comme nous pouvons le trouver chez certains acteurs du tourisme tels que le Club Med. 
En résumé, nous répondons à un panel de besoins larges, le tout couplé avec une communication digitale pointue. 

Quelles sont les prochaines grandes étapes pour Les Bornées ?

D’un point de vue financier, nous avons deux grosses échéances qui arrivent avec une première levée de fonds en BSA Air (très orientée Love Money) de 100k€, suivie d’une seconde levée de fonds en Seed (plutôt orientée BA/VC) de 500k€. 
Ces deux levées vont avoir un impact fort sur le développement de notre entreprise sur la France, mais aussi à l’international grâce au recrutement de nouveaux salariés, l’expansion du projet dans différentes villes Européennes ainsi que la création d’une offre plus complète. 
C’est donc en toute logique l’un de nos projets : étendre l’offre de telle sorte à ce que nos membres puissent bénéficier de leurs avantages dans tous leurs déplacements (nationaux et européens). 
En résumé, nous avons de grandes étapes sur la partie financement, recrutement et développement en Europe. 

Dans vos rêves les plus fous, Les Bornées, dans 5 ans c’est quoi ? 

La première communauté de cyclisme et de triathlon en Europe. Un espace digital et physique où les sportives et sportifs peuvent se retrouver, échanger, s’entrainer, progresser ensemble. Les Bornées dans 5 ans c’est LA référence qui combine club, textile et travel en Europe.
Un membre pourra partir en voyage d’affaires avec son vélo à Londres et rouler avec la communauté locale, partir en vacances à Montpellier et y retrouver des Bornées, se programmer deux semaines de stages dans l’année avec nous et rentrer dans sa ville et avoir son entrainement de géré par nos soins. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *