Des mesures de soutien insuffisantes face à l’ampleur des conséquences économiques & sociales

Publié le 1 octobre 2020 à 9h42 dans Communiqué de presse

Le Gouvernement a annoncé mercredi 23 septembre la fermeture des établissements sportifs. Cette décision, qui n’a été ni concertée ni justifiée, porte un coup terrible aux entreprises du secteur des Loisirs Sportifs Marchands.

Hier, les représentants de ce secteur ont été conviés à une réunion téléphonique par le ministère des Solidarités et de la Santé et ils ont pu exprimer leur incompréhension et leur colère face à cette situation.

Nos entreprises, conscientes du contexte sanitaire actuel dans notre pays, ont mis en place dans leur établissements sportifs des protocoles sanitaires stricts validés en juin par le ministère des Solidarités et de la Santé. Au cours de cette réunion, elles ont pu exprimer leur volonté de rouvrir leurs salles dans les meilleurs délais et demandent une concertation immédiate avec les ministères concernés et le Haut Conseil de la Santé Publique.

Mais les mesures économiques et sociales se doivent d’être aussi à la hauteur de la crise qu’elles provoquent.

En effet, la fermeture de ces établissements sportifs, dans une période de rentrée vitale pour notre survie économique, le mois de septembre représentant 30% du chiffre d’affaires généré chaque année par notre secteur, auront pour conséquences la faillite de nombreuses entreprises. Aussi, elles auront des répercussions à moyen et long termes, en dissuadant les Français et les Françaises de pratiquer des activités ludiques, physiques et sportives dans les établissements sportifs, les entreprises perdant ainsi leur capacité de fidélisation.

L’UNION sport & cycle a d’ailleurs participé ce midi à une réunion d’urgence pour les secteurs du sport et de l’événementiel autour des ministres Bruno Le Maire, Elisabeth Borne, Alain Griset et Roxana Maracineanu pour évoquer les mesures de sauvegarde indispensables pour ces secteurs. A ce stade des discussions, les mesures annoncées apparaissent très insuffisantes face au drame social et économique qui s’annonce pour ces secteurs.

Face à cette urgence économique et sociale, le Gouvernement doit réagir vite et fort. Nous demandons :

  • Une véritable concertation avec le ministère des Solidarités et de la Santé sur les protocoles sanitaires des salles de sport
  • Des aides d’urgence de la part de Bercy, faciles à activer, à la hauteur des enjeux
  • Une communication nationale pour redorer l’image du sport auprès du grand public

La situation actuelle impacte désormais également les fournisseurs de matériels, les commerces d’articles de sport & de loisirs, et en chaîne, les industriels dont font aussi partie les aménageurs d’infrastructures sportives. A la réouverture partielle de septembre, 10 000 emplois étaient menacés pour les seules salles de sport. Désormais, c’est tout un secteur qui risque de s’effondrer définitivement, impactant directement la filière du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité active qui génère pourtant une économie de proximité.

La situation actuelle impacte désormais également les fournisseurs de matériels, les commerces d’articles de sport & de loisirs, et en chaîne, les industriels dont font aussi partie les aménageurs d’infrastructures sportives. A la réouverture partielle de septembre, 10 000 emplois étaient menacés pour les seules salles de sport. Désormais, c’est tout un secteur qui risque de s’effondrer définitivement, impactant directement la filière du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité active qui génère pourtant une économie de proximité.

Les entreprises, aux côtés des collectivités territoriales, du mouvement sportif et de l’Etat, sont des acteurs à part entière du sport français. Elles sont des partenaires de proximité, autant pour les associations sportives que pour les collectivités territoriales. Elles sont des lieux de vie, où le lien social et les enjeux de bien-être et de santé se mêlent. Reconnaître la spécificité de la Filière Sport est essentielle pour notre pays. Nous la défendons, le Gouvernement doit nous entendre. L’UNION sport & cycle est prête à travailler avec le Gouvernement pour préciser le périmètre des mesures économiques ciblées pour la Filière Sport.

L’UNION sport & cycle sera au soutien de ses adhérents et accompagnera les initiatives qui pourront être prises pour défendre les entreprises de notre secteur.

A propos de l’UNION sport & cycle :

L’UNION sport & cycle est la première organisation professionnelle du secteur du sport et des loisirs. Elle fédère 1 400 entreprises représentant plus de 3000 points de vente, 500 marques, plus de 1 000 établissements sportifs, 80 000 salariés, et 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé. Elle a pour principal objet la représentation officielle de toutes les entreprises industrielles et commerciales du secteur économique des articles et équipements de sports, de loisirs, du cycle et de la mobilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *