L’UNION sport & cycle exprime la colère des entreprises du secteur face à des mesures sanitaires disproportionnées pour la Filière Sport et alerte le Gouvernement sur les conséquences économiques & sociales

Publié le 24 septembre 2020 à 14h11 dans Communiqué de presse

Paris, le 24 septembre 2020

Les salles de sport et les gymnases devront fermer « car ce sont des espaces confinés où le port du masque est impossible ou a minima complexe ». Cette mesure, prenant hier par surprise les acteurs du secteur du sport, porte un arrêt brutal à une reprise d’activité économique déjà fragile depuis la fin juin. Alors que le nombre de cas positifs dans ces structures est extrêmement faible, la cohérence de ces mesures suscite l’incompréhension et le manque de lisibilité condamne ces entreprises, dont l’enjeu premier devient désormais la survie. Cette mesure apparaît d’autant plus disproportionnée par rapport aux autres mesures prises dans le cadre du maintien de la vie économique et sociale du pays.

Les entreprises des Loisirs Sportifs Marchands sont pleinement engagées dans la lutte contre l’épidémie et la propagation du Covid-19. Des protocoles sanitaires stricts ont ainsi été mis en place dans toutes les structures, protocoles coordonnés avec les ministères de la Santé, du Travail et des sports. L’UNION sport & cycle appelle à la concertation pour que les mesures sanitaires soient proportionnées pour les secteurs les plus directement touchés, en première ligne le sport. Pour cela, il est essentiel que les représentants syndicaux soient associés à la réflexion, à rebours de la méthode appliquée par le Gouvernement jusqu’ici.

Pour rappel, la filière du sport, des loisirs, du cycle & de la mobilité active emploie 80 000 emplois en France et représente 14 milliards de chiffre d’affaires cumulés. Le secteur économique du sport réunit des entreprises qui font le sport français au quotidien. Oublier ces acteurs au profit d’une politique publique recroquevillée sur les acteurs associatifs serait une erreur. La défaillance des entreprises du sport aurait des conséquences directes sur la filière dans son ensemble, le financement des acteurs et la pratique des activités ludiques, physiques et sportives. L’offre de pratique des Loisirs Sportifs Marchands est ainsi complémentaire à l’offre fédérale des clubs et associations, pourtant c’est bien la fidélisation des usagers qui en jeu avec ces mesures désincitatives.

Il est urgent d’agir en soutenant précisément un plan sectoriel en faveur des activités ludiques, physiques & sportives.

Invitée à la réunion d’urgence animée par le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, en présence de la ministre du Travail Elisabeth Borne, du ministre délégué en charge des TPE/PME, Alain Griset et de Roxana Maracineanu, Ministre chargée des sports, l’UNION sport & cycle a rappelé la nécessité de mesures fortes et immédiates pour préserver les entreprises et les 10 000 emplois directement menacés d’ici la fin de l’année :

• Nouvelles exonérations de charges ;

• Prolongation de l’activité partielle avec 0 reste à charge pour les établissements en fermeture administrative ;

• Trouver une issue rapide à la problématique des loyers qui reste des charges fixes insoutenables en cette période.

Ce plan d’urgence doit inclure des mesures spécifiques pour les entreprises du sport :

• Un état des lieux département par département pour décider de la fermeture ou non des établissements recevant du public, dont les salles de sport font partie.

• L’élargissement du dispositif de compensations pour qu’il soit applicable aux entreprises des Loisirs Sportifs Marchands qui dépendent également de la fréquentation de leurs établissements à l’instar de la réduction des jauges dans les enceintes sportives.

A l’instar de ce qui a pu être organisé pour la culture, des fonds de soutien pour les secteurs économiques les plus touchés par la Filière Sport devront être mis en place. Il en va de la survie des entreprises, de la sauvegarde de l’emploi et de la place de la compétitivité de l’économie du sport français à l’international dans les prochaines années à venir. La lutte contre le Covid-19 ne peut s’exempter des risques que font peser la crise économique et sociale.

A propos de l’UNION sport & cycle :

L’UNION sport & cycle est la première organisation professionnelle du secteur du sport et des loisirs. Elle fédère 1 400 entreprises représentant plus de 3000 points de vente, 500 marques, plus de 1 000 établissements sportifs, 80 000 salariés, et 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé. Elle a pour principal objet la représentation officielle de toutes les entreprises industrielles et commerciales du secteur économique des articles et équipements de sports, de loisirs, du cycle et de la mobilité.

Contact presse : Guillaume ALBORS – media@unionsportcycle.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *