Gilles Sézionale : « La problématique N°1 risque d’être l’effondrement du sponsoring. Ce sera une véritable difficulté à laquelle nous ne pourrons faire face sans aide de l’état ou revoir à la baisse notre fonctionnement »

Publié le 27 mars 2020 à 15h30 dans Institutions

En ces temps de crise aux multiples conséquences, nous avons souhaité interroger plusieurs présidents et présidentes de fédération. Gilles Sézionale, président de la fédération française de natation, poursuit notre série.

Comment votre fédération essaie-t-elle de limiter les impacts de la crise sanitaire, pour elle-même et pour ses clubs ?

Nous avons sur ce sujet suivi scrupuleusement les directives de l’Etat, qui se sont succédées à un rythme intense.
Contrairement à d’autres structures, nous avons associé notre bureau directeur et notre comité directeur le plus possible, en tenant des instances exceptionnelles en visio chaque fois que nécessaire.
Nous essayons de communiquer le maximum d’outils, comme celui du chômage partiel, des prêts bancaires aux entreprises, ou sur le fonds de solidarité.
Mais c’est une question complexe. Entre les frais engagés que nous n’avons pas pu nous faire rembourser, les annulations d’événements, la perte des droits TV ou de certains contrat marketing, nous évaluons un premier préjudice pour la fédération à 1,2 M€.
Un plan d’action a été mis en place pour absorber ce choc.
Nous avons, par exemple, mis l’ensemble de nos personnels en chômage partiel allant de 20 % à 80 % d’activité résiduelle.
Nous restons donc à l’écoute des clubs mais sur des plages horaires réduites.
Nous souhaitons de plus mettre en place des mesures d’accompagnement pour nos clubs. C’est l’un des thèmes d’un nouveau bureau directeur exceptionnel qui se tient ce mercredi.

Pensez-vous qu’il y aura un avant et un après crise du COVID19 dans le sport ? 

La problématique N° 1 risque d’être l’effondrement du sponsoring. Ce sera une véritable difficulté à laquelle nous ne pourrons faire face sans aide de l’état ou revoir à la baisse notre fonctionnement.
Après, j’espère que les comportements de manière globale évolueront dans un sens plus durable et sain.
Mais je ne suis pas d’un optimisme débordant.

Si oui, quelles peuvent être les conséquences positives selon vous pour le sport ?

Comme toujours dans le sport, nous transformerons ces difficultés en opportunités. Néanmoins, il est encore hélas trop tôt pour dire comment. Tant que la crise n’est pas terminée et que nous n’avons pas de vision sur la façon dont nous allons en sortir, toute spéculation est inutile.

Quelles sont les conséquences pour la FFN du report des JO de Tokyo ?

Cela a un impact sur nos athlètes. Certains étant déjà qualifiés et d’autres non. Cela remet donc en cause nos processus de sélection, qui seront, de toute manière, différents.
Néanmoins, j’ai appelé de mes voeux ce report. Il aurait été pour moins indécent de réunir la famille Olympique pendant cette période. Donc, nous nous adapterons.

Un commentaire

Michel Filliau

Respect sur la derniere question / reponse – enfin des propos censes par un president de fede!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *