#SportSolidaire avec Sportihome.com

Publié le 25 mars 2020 à 11h23 dans #SportSolidaire

Les TPE, indépendants et startups de l’écosystème sportif français vont souffrir de l’arrêt total du sport professionnel et amateur pendant plusieurs semaines à cause de la crise sanitaire. Ainsi, et jusqu’à la fin de la crise, Olbia se propose de les mettre en avant sur son blog et sa newsletter hebdomadaire. Nous poursuivons avec Sportihome.com et
Sylvain Morel, COO.

Quelles sont les activités de votre entreprise dans le domaine du sport ?

Sportihome.com est une plateforme de réservation de locations de vacances pour les sportifs. Depuis plus de 3 ans, nous accompagnons des milliers de sportives et sportifs à la découverte de nouveaux terrains jeux via notre guide des spots. Nous leur permettons de réserver des logements chez d’autres passionnés de sports. Sportihome est utilisée par les compétiteurs pour des événements sportifs, par des familles sportives à la recherche de destinations outdoor avec les conseils des locaux, par des clubs pour des préparations, etc. 

Nous sommes partenaires d’acteurs incontournables du monde du sport comme Decathlon, Intersport, Vieux Campeur, Suunto, Crosscall, etc. avec qui nous organisons des opérations de promotion de notre marque auprès de leur communauté. 

Comment êtes-vous impactés par cette crise sanitaire ?

Depuis notre création, notre business croit à un rythme de x10 tous les ans ! Sur ce début d’année 2020, en deux mois, nous avions déjà fait le quart de l’année 2019 ! La croissance était donc au rdv et nous étions dans nos objectifs de ventes. Ce qui était plutôt bon pour nous car nous avions commencé les premières rencontres avec les fonds d’investissements pour notre prochaine levée de fonds en vue d’accélérer en France et en Europe. Puis le 2 mars, à la diffusion des consignes sanitaires, tout a freiné jusqu’à l’annonce du confinement où là ça s’est arrêté. 

Les premières annulations sont tombées le 13 mars avec les reports des événements sportifs (semi de Marseille, etc.), la fermeture des stations de ski, etc. Puis ça n’a fait qu’accélérer avec l’annonce du confinement et la fermeture des frontières. Certains de nos clients étrangers annulent même pour des séjours prévus en juin ou juillet ! C’est pour le moment une dizaine de réservations qui a été annulée soit plus de 10 000€ de réservations mais nous avons pu sauver les meubles en négociant au cas par cas des reports et la conservation de nos frais de services. Cela nous a permis de sauver 60% de notre chiffre d’affaires sur ces annulations. Tous nos hôtes ont accepté le remboursement de leur part aux voyageurs et tous nos voyageurs ont accepté que l’on garde nos frais de services. 

Les opérations commerciales en cours avec nos partenaires ne vont pas avoir le succès escompté. Les 3 000 cartes cadeaux Sportihome réservées aux clients Decathlon achetant plus de 100€ de matériel de glisse ne pourront pas être entièrement distribuées, par exemple. Il en est de même pour les cartes mises à disposition dans les 245 magasins montagne de notre partenaire Intersport, qui ont dû fermer leurs portes au moment où les vrais passionnés de ski cherchant à éviter les vacances scolaires arrivaient !

Nous avons aussi été contraint de mettre en pause les négociations pour notre prochaine levée de fonds, les investisseurs déjà rencontrés ayant tous décidé que leurs attentions et aides seraient apportées aux entreprises qu’ils accompagnent déjà. Ils nous conseillent de revenir vers eux courant septembre 2020, pour une levée en fin d’année.

Changement donc de plan pour Sportihome, il nous faut maintenant être solide pour passer cette crise. 

Les premières réservations pour septembre arrivent et nous redonnent le moral. 

Qu’espérez-vous de l’écosystème du sport français quand la vie économique et sociale reprendra ?

Quand on sera tous libérés de notre confinement et soulagés de pouvoir enfin reprendre une activité normale, les sportifs, comme nous, auront encore plus envie de s’échapper pour prendre un grand bol d’air frais ! On peut donc s’attendre à un rattrapage de séjours sportifs loin des terrains battus, d’achat de matériel, de sessions de sport en groupe, etc. 

L’écosystème du sport français va être secouer, comme la plupart des industries, mais la pratique sportive en France qui n’a cessé de progresser ses dernières années en France va continuer sur cette lancée. Ce n’est pas ce satané virus qui nous arrêtera dans notre soif de vivre nos sports en solo, en famille, en amis, entre collègues, tous ensemble !

Mettez-vous à profit cette période pour repenser votre activité (modèle économique, élargissement/rétrécissement de l’offre, élargissement/rétrécissement de la cible prospective…) ?

Oui, c’est une évidence. Tout entrepreneur doit savoir faire face à l’imprévu et gérer avec tous les moyens possibles une telle situation. Il faut agir vite et bien, s’avoir rassurer et prendre les bonnes décisions pour protéger ses équipes et son entreprise. 

En étant dans le digital ça a été assez simple de mettre tout le monde en télétravail, nous l’avons fait dès le vendredi 13 mars.

Nous sommes en contacts journalier avec chaque manager de services qui ensuite pilote ses équipes à distance. Pour garder le côté humain, nous avons mis en place une réunion hebdomadaire de 30 min tous ensemble par visio.

En revanche, étant dans le travel, la claque a été violente pour cette industrie. Nous avons tout de suite pris contact avec d’autres entrepreneurs du même secteur pour échanger sur les actions qu’ils allaient mettre en place, leur ressenti sur la possible reprise progressive dans ce secteur, etc.


Pour passer ce trou d’air et pouvoir répondre présent au moment de la reprise, nous avons décidé de geler tous nos investissements et d’alléger au maximum nos frais de fonctionnement. Nous avons revu nos ambitions à la baisse, réajusté les plans de développement et sollicité l’ensemble de nos partenaires financiers pour nous aider à passer cette crise. 

Au vu du soutien de notre communauté dans cette situation de crise, on s’est aussi laissé imaginer qu’un crowdfunding pourrait peut-être être une option pour apporter de la liquidité tout en soudant encore plus les 30 000 sportives et sportifs membres de Sportihome. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *