« Eux aussi font le sport français… » avec Benjamin Stetten-Pigasse, Directeur associé de Weematch

Publié le 12 septembre 2019 à 11h07 dans Eux aussi font le sport français...

Elles/ils sont DG d’institution sportive, expert du sport business, avocat, chasseur de têtes, DG d’association d’élus locaux, lobbyiste, DTN, élu d’institutions sportives ou directeur des sports de collectivité territoriale, ils connaissent le sport français, ses enjeux, ses acteurs mais on les entend peu dans les médias. Olbia le blog a souhaité leur donner la parole afin d’en savoir plus sur leur parcours professionnel, leur vision du sport français, les enjeux de leur institution ou de leur entreprise. Nous poursuivons notre série « Eux aussi font le sport français… » avec Benjamin Stetten-Pigasse, Directeur associé de Weematch.

Avant de fonder Weematch en 2005, que faisais-tu ?

Diplômé de Kedge (Marseille), j’ai rejoint le groupe Bahlsen / Intersnack en 1998 où j’ai occupé tour à tour des fonctions commerciales  et marketing. Dans le cadre de mes différentes missions, j’ai pu constaté le manque de créativité et de qualité des offres qui nous étaient faites lorsque nous avions besoin d’objets publicitaires pour activer nos partenariats.
J’ai donc créé l’agence WEEMATCH en 2005, agence conseil en Objets Publicitaires & Merchandising, avec la volonté de proposer une offre créative et porteuse de sens sur un marché en manque de différenciation et d’engagement. Donner corps aux valeurs d’une marque via des concepts d’objets innovants, en adéquation  avec la cible et l’événement dont elle est partenaire, c’est la raison d’être de l’agence. 

Pour qui travailles-tu dans le sport ?

Nous avons construit l’activité de notre agence en accompagnant des marques partenaires d’événements sportifs de premier plan : Tour de France (pour FDJ, SKODA, LCL, COFIDIS…), Jeux olympiques (pour ATOS) ou encore la coupe du monde de Rugby (pour la Société Générale) et de Football Féminine (SNCF).

Nous travaillons également avec les institutions sportives comme la Ligue nationale de rugby ou la Fédération française de surf que nous avons accompagné sur les championnats du monde de Surf 2017 et de Longboard 2019, avec une solution merchandising clé en mai (création, fabrication, distribution). 

Peux-tu nous parler plus précisément des Mondiaux de surf 2017 et longboard 2019 ? Comment vous êtes vous déployés ? Que retiens-tu de cette expérience ?

En 2017, les championnats du monde de surf à Biarritz était une première en France depuis les derniers ISA WSG de Lacanau en 1992. La fédération française de surf souhaitait profiter de l’événement pour proposer à la vente une gamme complète de produits merchandising avec un double objectif :

  • Faire rayonner l’événement et la ville de Biarritz auprès du grand public et de la « communauté Surf » ;
  • Créer une source de revenu supplémentaire pour la fédération en développant une gamme de produits créatifs en ligne avec les valeurs du surf.

La fédération n’avait ni le temps, ni les compétences en interne pour porter ce sujet. Sur les recommandations d’Olbia Conseil, la fédération a fait le choix de s’entourer d’un partenaire qui puisse lui proposer une solution globale : Concepts Créatifs, développement de la collection,  mise en place d’une boutique de vente en ligne et d’une  équipe dédiée pour gérer les ventes dans le pop-up store du « Surfing Vilage » Village pendant l’événement, gestion de la relation avec les partenaires (VISA, mairie de Biarritz, commerces locaux…).
Nous avons répondu à l’appel d’offres rédigé par Olbia, en intégrant des concept produits innovants et des filières de fabrication adaptées sur le plan social et environnemental (éco-conception, filières de fabrication traçables, collaboration avec des ESAT, marquage en circuit court à moins de 10 km du village…). A titre d’exemple, nous avons réalisé en collaboration avec notre partenaire Gifts For Change des jolis bracelets en bois « lifestyle » et made in France dont les ventes ont permis de parrainer 1000 coraux que nous avons replantés à Bali contribuant ainsi à la régénération de la biodiversité marine.
Ce projet a vraiment été riche pour toute l’équipe ! Nous avons été acteurs d’un événement unique en France, nous avons vécu la victoire de l’équipe de France et surtout, nous avons remplis notre mission avec succès : 

  • Développement dune gamme de 20 produits qualitatifs, en adéquation avec les valeurs de la Fédération ;
  • Un chiffre d’affaire de plus de 100 000 € qui a été généré grâce aux produits dérivés qui rayonnent un peu partout à travers le monde et porte haut les couleurs de la fédération et de la Ville de Biarritz.

Pour les Championnats du monde de Longboard, le relationnel et la confiance étant établis avec la Fédération, nous avons gardé la même équipe même si le format de l’événement était moindre.

Quels sont les enjeux et les projets de Weematch dans les années à venir ?

Weematch propose à ses clients un accompagnement « full services » en réalisant notamment des sites e-commerce BtoB et BtoC. Cette expertise globale « à la carte » est aujourd’hui une des plus complètes et des plus agiles du marché. 

Les défis que nous nous apprêtons à relever sont dans ce cadre à la fois techniques et stratégiques :

  • Sur le plan technique, il nous faut investir pour poursuivre la transformation digitale de notre activité en travaillant notamment sur la mise en place d’API (optimisation de la gestion de nos flux, développement de solutions d’ultra personnalisation on line, solutions logistiques plus pointues..) ;
  • Sur le plan stratégique, nous avons pu constater que la perméabilité entre les univers entre B to C et B to B est de plus en plus forte. A titre d’exemple, l’accompagnement proposé à la Fédération française de surf pour les Championnats du monde (Développement de produits merchandising et de boutique en ligne B to C en marque Blanche) montre que certaines institutions ou marques patrimoniales ont la capacité de créer des revenus supplémentaires grâce au Merchandising. 

Nous avons, dans d’autres domaines que le sport, développé des projets pour SNCF avec le site Grand Train , et nous travaillons en ce moment pour un projet pour la RATP qui sortira en septembre pour les Journées du Patrimoine. 

Peu d’intervenants sont capables d’apporter un accompagnement sur mesure global qui soit souple et qui prenne en compte les contraintes économiques spécifiques à ce type de projet. Nous allons donc continuer à développer notre activité B to C via la réalisation de produits et de boutiques (eshop et pop-up store) en marque blanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *