Le CIO transforme le mode d’élection pour les futures éditions des Jeux

Publié le 26 juin 2019 à 14h36 dans Jeux olympiques

Le Comité International Olympique (CIO) a franchi aujourd’hui une nouvelle étape dans la transformation du mode d’élection pour l’attribution des futures éditions des Jeux Olympiques. Lors de la 134e Session réunie à Lausanne, Suisse, le CIO a approuvé les changements proposés  et acceptés le mois dernier par sa commission exécutive.

Le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré : “C’est l’évolution de la révolution entamée par l’Agenda olympique 2020, car nous devons continuer à nous adapter au rythme rapide du changement dans notre monde actuel. La flexibilité est une nécessité pour assurer à l’avenir une bonne gouvernance et des Jeux Olympiques durables. Nous le ferons tout en préservant la magie des Jeux, en respectant le principe fondamental d’universalité et en maintenant notre engagement à placer les athlètes au cœur de toutes nos activités. »

Voici les principales propositions, soumises par un groupe de travail préalablement constitué par la commission exécutive et inspirées par les recommandations de l’Agenda olympique 2020 sur le sujet :

– Engager un dialogue permanent et continu pour sonder et susciter l’intérêt des villes/régions/pays et des Comités Nationaux Olympiques (CNO) concernés pour les Jeux Olympiques et les Jeux Olympiques de la Jeunesse

– Créer deux commissions de futur hôte (Jeux d’été et Jeux d’hiver) chargées de superviser l’intérêt pour les Jeux Olympiques et les Jeux Olympiques de la Jeunesse et de rendre compte à la commission exécutive

– Préserver la magie des Jeux Olympiques afin d’offrir une expérience unique aux meilleurs athlètes du monde   

– Donner plus de poids à la Session du CIO en intégrant dans lesdites commissions   des membres qui ne siègent pas à la commission exécutive

– Les principes clés qui guideront les travaux et les contributions des deux commissions seront les suivants :

  • Une approche spécifique à chaque édition
  • Un modèle plus contextualisé,
  • Une démarche plus proactive pour la prise de contact avec des  hôtes potentiels
  • Une ouverture d’esprit et une flexibilité accrues s’agissant des propositions novatrices formulées par des hôtes
  • “Hôte” ne fait pas nécessairement référence à une seule ville, mais peut aussi faire référence à plusieurs villes/régions/pays
  • Des échéances plus flexibles et plus raisonnables, adaptées aux opportunités présentées, au contexte et aux besoins au niveau local.

Les membres du CIO continueront d’être au centre du processus de décision, la prérogative de la Session d’élire les hôtes des Jeux étant préservée. Les membres seront consultés à de multiples reprises et les hôtes potentiels devront encore faire des présentations à la Session, laquelle aura la possibilité de poser des questions et de faire des commentaires.   

Les amendements correspondants apportés aux Règles et Textes d’application de la Charte olympique ont également été approuvés par la Session du CIO et peuvent se résumer comme suit :

Date de l’élection

– Règle précédente : “l’élection a lieu sept ans avant la célébration des Jeux Olympiques” (Charte olympique, 33.2)

Changement : suppression  

Entités hôtes

– Règle précédente : “Les Jeux Olympiques sont confiés […] à une ville” (Charte olympique, 32.2)

Changement : Confiés en principe à une ville. La commission exécutive du CIO peut décider que « hôte » fait référence à d’autres entités, telles que plusieurs villes, régions et/ou pays

Exigences techniques

– Règle précédente : “: “Toutes les compétitions sportives […] doivent, en principe, avoir lieu dans la ville hôte (Charte olympique, 34) / “le COJO mettra à disposition un village olympique” (Charte olympique, 38)

Changement : donner plus de flexibilité pour un usage maximal d’installations sportives et autres infrastructures existantes

Gouvernance

– Règle précédente : “Le président nomme une commission d’évaluation des villes candidates pour chaque édition des Jeux Olympiques” (Charte olympique, 33)

Changement : Création de deux commissions de futur hôte

Les principes sur lesquels se fondent ces changements ont déjà commencé à être appliqués dans le processus de candidature réformé, lequel a abouti lundi à l’attribution des Jeux Olympiques d’hiver de 2026 à Milan-Cortina. Ce processus révisé s’est traduit par des réductions de coûts significatives, de 75 % en moyenne pour la  candidature et de 20 % en moyenne pour les budgets de l’organisation.

Ceci a conduit en outre à une utilisation accrue de sites existants et temporaires par rapport aux deux processus précédents pour les Jeux de 2018 et 2022 (une moyenne de 80 % contre une moyenne de 60 % pour 2018 et 2022). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *