Plus de 3 Mds€ de perte de chiffre d’affaires pour les entreprises du sport et des loisirs

Publié le 1 avril 2020 à 9h38 dans Economie du sport

Avec une perte de chiffre d’affaires estimée à 3,1 milliards € pour ce 1° semestre et près de 50 000 employés en chômage partiel en cette période de confinement, les répercussions du coronavirus se font fortement ressentir sur les entreprises du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité. Ce sont les principaux enseignements d’une enquête de conjoncture réalisée par l’UNION sport & cycle.

En tant que première organisation professionnelle de la filière du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité, l’UNION sport & cycle joue pleinement son rôle de représentation officielle des intérêts de ses entreprises adhérentes et a souhaité, par cette enquête, réaliser une évaluation concrète des difficultés rencontrées par ces dernières. Une analyse essentielle pour sensibiliser les pouvoirs publics sur l’impact de la crise sur notre filière. 

Commerces, industries, constructeurs d’aménagements ludiques et sportifs, salles de fitness ou de foot à 5… tous les acteurs du secteur sont impactés par la crise du Covid-19. Plus de 900 d’entre eux ont répondu à l’enquête de l’UNION sport & cycle, réalisée du 23 au 27 mars derniers.

1/ « Le sport au ralenti » : un impact très lourd sur le chiffre d’affaires

Sur le premier semestre 2020, la perte de chiffre d’affaires est évaluée à 3,1 milliards d’euros sur le secteur (par rapport au premier semestre 2019) :

  • 1,3 Md€ sur le commerce ;
  • 1,260 Md€ pour les industriels ;
  • 470 M€ pour les loisirs marchands (fitness, foot à 5, escalade…) ;
  • 30 M€ pour les entreprises du secteur des équipements sportifs.

Un recul de chiffre d’affaires prévu par 98 % des entreprises. Un recul estimé à plus de 30 % chez tous les acteurs :

  • 65 % des commerçants estiment un recul supérieur à 30 %. Dont 26 % craignent un recul supérieur à 50 % ;
  • 68 % des industriels estiment un recul supérieur à 30 %. Dont 34 % craignent un recul supérieur à 50 % ;
  • 61 % des prestataires loisirs marchands estiment un recul supérieur à 30 %. Dont14 % craignent un recul supérieur à 50 %.

Pour les industriels, une production au ralenti : 50 % d’entre eux connaissent un arrêt total des lignes de production et 37 % connaissent un arrêt partiel.

2/ Un fort recours à l’activité partielle pour faire face à la crise

Près de 50 000 employés ont été placés en chômage partiel lors de la période de confinement. Tous les acteurs y ont recours :

  • 69 % des commerces d’articles de sport 
  • 71 % dans l’industrie
  • 84 % dans les loisirs marchands (fitness, foot à 5, escalade…)

A noter : environ 20 % des entreprises ont mis en place de manière volontaire des dispositifs pour maintenir à 100 % le salaire de leurs employés. 

Le télétravail est proposé lorsque cela est possible :

  • 85 % des industriels y ont recours 
  • 35 % dans les loisirs marchands Seulement 12% dans le commerce. 

3/ Un impact inévitable pour le mouvement sportif

Selon notre étude, plus d’une entreprise du sport sur deux soutient un club de sport. Or, les soutiens vont pâtir très fortement de la crise :

  • 60 % des entreprises qui soutiennent un club sportif nous indiquent qu’elles ne seront probablement pas en capacité à maintenir ce soutien à la rentrée 
  • 27 % continueront mais déclarent vouloir diminuer leur soutien
  • Seules 14 % vont continuer normalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *